Accueil du site > Critiques > Livres et délices > Je tue les enfants français dans les jardins, de Marie Neuser

dimanche 2 novembre 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Je tue les enfants français dans les jardins, de Marie Neuser


Date: 11 septembre 2014
Collection: -
Edition: Pocket
Genre: roman
Prix: 5,30 €

Présentation de l’éditeur

Lisa, jeune professeur d’italien, se rend chaque jour au collège comme on va à la guerre, avec, en guise d’armée ennemie, les élèves. Au fond de la classe, les garçons se disputent le rôle de commandant en chef en rivalisant d’insultes et de menaces. Du côté des filles, ce n’est guère plus apaisé : comment faire comprendre à une gamine de douze ans qu’elle ne doit pas se prostituer, même pour se payer des vêtements de marque ? Seule solution pour survivre sur ce champ de bataille où règne la loi du plus fort, se forger une carapace, en attendant son heure... l’heure de la contre-attaque.

Avis de Marnie

Il n’y a qu’un seul vrai souci à ce roman... c’est qu’à la fin, on donnerait la légion d’honneur à cette courageuse enseignante qui se révolte ENFIN contre le système. Alors, oui ! Si c’est pour montrer à quel point la situation est devenue désespérée et sans issue dans les quartiers chauds de Marseille (ou autres villes de l’hexagone), que cette jeune femme ne peut plus faire cours à des élèves qui n’ont plus aucune limite, qu’elle n’est pas soutenue par sa hiérarchie qui lui reproche même ce tragique état des lieux, et que les parents ont depuis longtemps abandonné de leurs côtés... oui ça c’est réussi.

Le constat est terrifiant, la terreur, la révolte, la haine, et le désespoir de cette jeune femme sont tout à fait compréhensibles. Le roman nous rappelle un peu le jour de la jupe, cela semble vécu de l’intérieur, avec des adolescents transformés en monstres incontrôlables... et c’est là que le malaise commence. Certains mots reviennent de façon récurrente : pureté, souillures... Lorsque notre enseignante vit chez elle, tout est beau, tout est propre, son jeune époux blond est compréhensif, adorable, doux, la voici chez elle qui se lave surtout après une journée plongée dans de la boue... et ces ignobles gamins sont sales, le fameux meneur prend des attitudes "simiesques", le collège sent mauvais, oui tout est puanteur avec ces adolescents qui perdent même ce "mot" au passage, ce sont des animaux lâchés en liberté.

Et que voit-on comme réactions ou commentaires à la publication de ce livre ? Quel courage de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas...de quoi donner une banane à avaler aux partis d’extrême-droite, non ? C’est vraiment la limite de cet exercice. Au lieu de démontrer (non pas la passivité) mais que c’est notre société qui a pourri une situation devenue incontrôlable, pour des raisons qui dépassent de très loin le cadre scolaire, Marie Neuser en fait une affaire personnelle. Elle méprise, elle hait même ses élèves à une exception près (ouf on ne peut l’accuser de racisme) mais cela nous laisse tout de même une impression nauséeuse, même pas d’un point de vue moral... non juste que quelque part elle est devenu comme cette racaille qu’elle hait.

Le message perd alors beaucoup de sa puissance et de sa force.

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016