Accueil du site > Critiques > Analyses > Un petit voyage dans le monde des couvertures….

mardi 9 décembre 2014

Partager :

facebook

twitter

Publicité :

Un petit voyage dans le monde des couvertures….

Voilà une expédition instructive dans le monde des couvertures des romances. Inutile de dire qu’elle a un rôle fondamental pour la vente du livre et qu’un belle couverture dans un milieu aussi concurrentiel a un effet évident sur l’achat, surtout celui d’impulsion. Cela a été très bien compris par les auteures américaines, y compris, les auto-éditées. Si, au tout début, il y avait de petites horreurs, maintenant, c’est plutôt rare. Les couvertures montrent clairement la couleur et ont des styles bien précis. Voilà les grandes tendances à travers quelques exemples de livres très récemment sortis en vo.

Voilà le genre de couvertures à la mode en vo, pas toujours superbes mais efficaces :

  • Peu de couleurs ou alors judicieusement choisies dans des gammes restreintes comme celui de Jennifer Armentrout
  • Beaucoup de jeux sur le noir et blanc ou presque. Les tâches de couleur dans un noir et blanc ont un effet exceptionnel !
  • Des hommes nus ou presque… Et si vous aviez encore un doute sur le fait que le tatouage est à la mode…

Bref, les Américaines veulent plaire, faire remarquer leur livre, utilisent pour cela des méthodes plus ou moins subtiles : ces hommes plus ou moins dénudés annoncent au moins clairement les choses et pour une fois en sont pas puritaines. Quand je dis, pour une fois… Le puritanisme américain n’est pas là. Il est dans certaines idées, thèmes mais pour les images, les auteurs n’ont pas froid aux yeux.

Quant aux Français… voilà quelques comparaisons avec la couverture française à gauche et la vo à droite. Pour être tout à fait juste, la française ressemble furieusement à l’australienne. Nous n’avons pas le monopole de la couverture ratée !

Oui c’est le même livre avec un titre "traduit", je sais …Ca sera l’objet d’un autre billet ! Pourquoi lorsque l’histoire est centré sur un héros, doit-on voir une jeune femme ? Pourquoi les couleurs disparaissent pour devenir neutres alors que l’utilisation du noir et blanc peut être si intéressante ? De quoi ont peur les éditeurs français ? Que les lectrices ne lisent pas leurs livres avec des hommes nus dessus et pas faciles à assumer dans le métro ? Pourquoi n’y a t-il pas d’indication du milieu dans lequel on va se retrouver ? Une guitare par exemple…

Et parfois, on se dit que la couverture française est pas mal… mais voilà…ce n’est pas l’éditeur français qui l’a faite...

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016