Accueil du site > Critiques > Adaptation de nos romans > Cinquante nuances de Grey, le film

jeudi 12 février 2015

Partager :

facebook

twitter

Publicité :

Cinquante nuances de Grey, le film

Avis de Callixta

Après un attente fort longue pour les fans de la série, Cinquante nuances de Grey est enfin sorti sur nos écrans. En digne lectrice de la trilogie ( que j’avais beaucoup aimé, dois-je dire en passant) je me suis précipitée au cinéma.

Le premier conseil que je donnerais ne surprendra personne, c’est d’oublier le roman et de regarder le film et l’adaptation qui en a été faite juste comme cela : un film inspiré d’un livre. Cette adaptation est plutôt fidèle, reste dans l’esprit du roman et de ce point de vue, c’est très satisfaisant. Le problème est que c’est peut-être plus une mise en images du livre qu’un vrai film. C’est particulièrement évident au début avec des scènes incontournables, choisies pour nous montrer la rencontre de Christian et Ana, qui sont très fidèles au livre mais qui se succèdent , sans suite, sympathiques mais qui ne contribuent guère à faire entrer dans le film. Les deux acteurs sont solides, s’en tirent plutôt bien. Dans le cas de Dakota Johnson c’est même une très bonne performance : elle est primesautière, maladroite, attendrissante, amusante, le film faisant le choix de remplacer la déesse intérieure par des traits d’humour qui vont très bien au personnage d’Ana. Jamie Dornan a une sorte de distance froide, a du mal à donner une impression de domination et finit par être très bon dans les scènes qu’il dit avoir détesté, celles dans la chambre rouge. Comme quoi...

Le tournant du film, comme peut-être du roman mais c’est moins évident, est la découverte de la chambre rouge par Ana. Soudain, tout semble plus lié, une vraie dynamique se met en place et monte crescendo sur une excellente scène finale, très intense, imparfaite mais qui montre bien ce qui s’est joué. Il aurait été sans doute bien plus intéressant d’avoir cette intensité plus souvent, cela arrive tard dans le film, l’alchimie des deux personnages est minimale, le plus souvent. De nombreux films, moins explicites sexuellement, laissent passer plus de sentiments et d’émotions.

Parlons évidemment de ces scènes de sexe qui ont fait couler tellement d’encre. La réalisatrice ne les a pas escamotées et a choisi la voie la plus simple : celle d’effleurer l’idée, de montrer la montée du plaisir, de les écourter aussi. C’est donc explicite, avec beaucoup de nudité, surtout celle de Dakota Johnson qui a vraiment jouer le jeu et très esthétique. C’est très chorégraphié aussi, laissant peu de spontanéité dans le jeu des acteurs. Rien n’est vulgaire, le jeu sexuel est mis en avant de façon très travaillée mais évidemment l’émotion est assez peu présente. Cette option de la réalisatrice se comprend parfaitement , permet surtout de ne pas faire passer le film dans des classements d’âge trop stricts mais enlève une dimension à l’histoire. L’aspect bdsm est évidemment là mais si les vrais adeptes ont souri en lisant le roman, ils seront encore plus déçus par la vision très édulcorée de ce milieu dans le film. Christian limite ses coups, les fessées sont très peu nombreuses...

Au final, le film est de bonne facture, plaira au plus grand nombre, les fans de la première comme à ceux de la dernière heure. Et c’était sans aucun doute le but. La mise en scène très est bonne mais très classique et l’on sent que la réalisatrice a eu les mains liées. C’est d’ailleurs dommage. Parfois, on sent dans le film un souffle, des idées, un travail qui n’est malheureusement pas toujours là. C’est une bonne adaptation qui ne trahit pas le livre et est faite avec suffisamment de sérieux pour que le film basé, sur le scénario tout de même assez faible de la trilogie, reste intéressant et dynamique. Un premier opus donc plutôt réussi dont on regrettera sans doute le côté très consensuel.

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016