Accueil du site > Critiques > Romances contemporaines > Petite, grosse et au taquet - 4 de Louisa Meonis

vendredi 13 mars 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Petite, grosse et au taquet - 4 de Louisa Meonis


Date:26 février 2015
Collection:
Edition:HQN
Genre: romance contemporaine
Prix: 2,99 €

Résumé de l’éditeur

Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (aucun commentaire). Et au taquet (je vous aurai prévenu...)

Il m’aime. Sexy-Fossettes m’a dit qu’il m’aimait ! Je suis joie, je suis bonheur, je suis félicité !!! Bon, évidemment, un tel amour, une telle passion, ne peut pas être aussi simple. Car depuis que Jerry a débarqué dans ma vie, c’est le gros, le très gros bordel. Enlèvements, séquestrations, interrogatoires et chantage, il y en a pour tous les goûts. Mais surtout, c’est le festival des révélations et certaines, au goût amer de trahison, font vraiment mal. Pas le temps de pleurnicher sur mon sort : je dois agir pour sauver ceux que j’aime. Ça tombe bien, le noir de ma tenue de super Lola me fait un corps de rêve.

Avis de Callixta

Encore un cocktail explosif que cette dernière partie de la série qui en comptait quatre de Louisa Meonis. Si on veut rappeler les épisodes précédents ( mais c’est largement impossible !), sachez que Lola est une jeune femme, plutôt petite, enrobée, mais sexy en diable qui est tombée amoureuse de celui qu’elle prend au départ pour son patron mais va se révéler bien autre chose ! Depuis, le dernier épisode surtout, elle est carrément aux prises avec une affaire de guerres entre agences, d’espionnage, d’agents doubles ou triples. Son beau patron s’est révélé porteur d’un prénom de souris de dessin animé. Bref, vous l’aurez compris la vie de Lola n’est pas simple.

Vous aurez aussi compris que tout est déjanté dans cette série qui se moque gentiment de tonnes de romances allant depuis la romance érotique ( ça c’était plutôt la première partie) et ses allusions aux culottes mouillées en passant par le romantic suspense et depuis l’avant dernière partie, c’est une sorte d’enfant naturel de Lara Croft et de James Bond qui a surgi mais avec un manque sérieux de réussite et de vrai talent pour cela. Lola donc enquête, élucide les mystères qui l’entoure, tire à tout va, est enlevée, se libère... Il n’y a pas une minute d’arrêt et quand un événement n’intervient pas, nous sommes dans la tête de cette pauvre Lola qui a un cerveau hyper actif qui fait des connections en permanence avec toute sorte de choses.

Il y a un peu aussi de Stephanie Plum, l’inénarrable héroïne de Janet Evanovich, gaffeuse et cernée de beaux mecs ( même si là il n’y en a qu’un). Et bien-sûr le final est digne de la romance avec une sorte de condensé de tout ce qui fait la romance en quelques lignes.

Bref, c’est à lire au deuxième, voire au troisième degré. On sourit beaucoup et on essaye de suivre Lola dans ses facéties. Ce n’est pas toujours d’une finesse exemplaire mais cela dégouline d’humour et d’énergie. A déguster surtout si on veut lire quelque chose de franchement différent !

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016