Accueil du site > Critiques > Romantica / erotica / ménage > Libération - Percée à nue - 9 de Scarlett Edwards

jeudi 14 mai 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Libération - Percée à nue - 9 de Scarlett Edwards


Date:4 mai 2015
Collection:
Edition:Edwards Publishing
Genre: romance contemporaine érotique
Prix: 3,99 €

Résumé de l’éditeur

Prenez une arme. Pointez-là vers votre tête. Appuyez sur la détente. Boum. Est-elle chargée ? Impossible de le savoir. J’ai placé ma vie entre les mains de Jeremy Stonehart. Nous jouons à la roulette russe. Il met mes sentiments à l’épreuve, me pousse dans mes retranchements et me rappelle à lui. Je peux partir mais n’en fais rien. J’attends de savoir si l’arme est chargée ; attends de savoir si c’est à Jeremy ou à Stonehart à qui je vais faire face. En cet instant de vérité, vais-je gagner ma liberté ou tomber dans l’oubli ?

Avis de Callixta

Cette partie est l’avant dernière de la série de Scarlett Edwards et il est grand temps que l’auteure mette un terme à cette série qui depuis la sixième ou la septième se traine un peu et où l’auteure cède un peu au goût « encore plus fort » ou du « je peux aller encore plus loin ».

Après une rencontre pour le moins inhabituel, les deux héros, Lilly et Jeremy sont tombés amoureux du moins c’est ce que tous deux ont fini par admettre. Jeremy a fait enlever la jeune femme pour une sombre histoire que les parties précédentes ont éclairé. Après des tortures physiques et psychologiques très pénibles, il a fini par se rendre compte de l’injustice du traitement qu’il lui faisait subir et a exprimé son envie de l’aimer et de la libérer. Un des points qui demeure très intéressant ici est cette notion de liberté. Maintenant, Lilly l’est, elle n’est plus entravée ni surveillée (ou presque) mais échapper aux liens du cœur et de l’esprit d’un être comme Jeremy est très compliqué. De ce point de vue , l’auteure montre bien l’effet pervers de l’attitude aimante et patiente ( parfois !) du héros.

Quant à lui, elle parvient aussi à montrer son ambivalence, son aspect vraiment très perturbé et visiblement impossible à éradiquer et son côté humain et « normal ». Le jeu sur Docteur Jekyll et Mister Hyde est bien là.

Mais dans cette neuvième partie, comme dans la précédente, on ne fait que passer encore une fois de l’un à l’autre, de voir la réalité rappeler à Lilly avec une grande violence et le constat est toujours le même. Les seuls apports sont souvent d’autres scènes plutôt pénibles et de rajouter du traumatisme là où il y en a déjà. Ce qu’a subi Jeremy aurait conduit la plupart des gens dans la folie la plus pure, mais cette accumulation de douleur finit par devenir comme trop de sang dans un film d’horreur.

Mais comme l’auteure est douée, elle trouve une fois de plus un final plutôt saisissant et comme la dixième partie sera la dernière, il est évident que je me pencherai sur la question. En tous cas on peu d’ores et déjà dire que cette série est très inégale et que si l’idée de départ est intéressante et l’interaction entre les deux personnages très intrigante, il y a de nombreux défauts qui la classe dans une honnête moyenne mais pas plus.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016