Accueil du site > Critiques > M/M > Tatouages et tasses de thé, d’Anna Martin

mercredi 29 avril 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Tatouages et tasses de thé, d’Anna Martin


Date:28 avril 2015
Collection: Kindle
Edition:Dreamspinner Press
Genre: romance M/M
Prix: 6,47€

Résumé

Adolescent, Robert McKinnon a quitté son Écosse natale pour déménager aux États-Unis. C’était il y a seize ans et le professeur McKinnon ne s’est jamais vraiment intégré à la population de Boston. Il est peut-être vieux avant l’âge, mais il a son chat et ses livres, et c’est bien assez pour lui.

Et puis Chris Ford arrive en grande pompe dans sa vie. Ce jeune homme est l’opposé exact du flegmatique Écossais ; des tatouages colorés couvrent sa peau, il porte une crête et joue de la batterie pour un groupe de rock. Mais il est une touche de couleur dans la vie en noir et blanc de Robert, et Robert devient la seule personne sur laquelle Chris pourra toujours compter.

Même si Robert ne recherchait pas l’amour, surtout pas avec quelqu’un qui a presque dix ans de moins que lui, il ne peut pas nier qu’être avec Chris est parfait. Mais parfois, le besoin de liberté de Chris laisse Robert trop vulnérable. S’ils ne peuvent pas trouver un équilibre entre tatouages et tasses de thé, leur histoire d’amour ne durera pas – et le bonheur tout juste trouvé de Robert non plus.

Avis de Phalusia

Que peut-il y avoir comme points communs entre un percussionniste d’un groupe de Rock and roll et un professeur de littérature Anglaise spécialiste de Kipling ? Eh bien, Anna Martin nous prouve avec cette romance drôle, sexy et touchante que tout est possible et que les apparences peuvent être trompeuses. Robert McKinnon et Chris Ford sont beaucoup plus semblables qu’il n’y parait malgré leur différence d’âge, leur origine sociale et leur mode de vie, et chacun d’eux va apporter à l’autre ce qu’il avait besoin ainsi les différences qui pouvaient compliquer leur relation va la dynamiser et la renforcer.

Robert McKinnon est un professeur de trente-deux ans coincé dans sa routine et ses habitudes, il s’ennuie dans cette vie ordinaire sans surprise et se voit finir comme un vieux célibataire endurci avec son chat Puce. L’unique chose qui égaye un peu sa vie terne ce sont les visites qu’il fait à sa fille issue d’un mariage éclair à la suite de son unique relation sexuelle avec une femme, sa meilleure amie Luisa. Quand il rencontre Chris, un jeune musicien de vingt-trois ans avec de multiples tatouages, il n’est pas préparé du tout à l’attraction physique qu’il ressent immédiatement pour ce jeune homme véritable électron libre en complète opposition avec ce qu’il nomme « sa zone de confort ». Commence alors entre Robert aux attitudes si british et Chris le musicien saltimbanque une relation décontractée, car tous deux savent que la tournée de Chris l’éloignera dans quelques semaines.

Incertains sur leur avenir, Robert et Chris se contentent de prendre leur relation au jour le jour pimentée par de très chaudes rencontres où notre professeur écossais se révèle plus coquin et moins guindé qu’il n’y parait et notre musicien beaucoup plus sensible et tendre que son air de rebelle pouvait le laisser supposer. L’auteure prend un réel plaisir à décrire ce lien spécial qui se développe et même si elle s’attarde souvent sur la différence d’âge qui perturbe tant Robert, elle décrit avec tendresse et humour tous ces instants qui pas à pas vont transformer ces deux hommes et les mener à une relation parfaitement équilibrée. Il est très agréable de les voir mieux se connaitre, Robert perd un peu de ses habitudes si ordonnées et Chris dévoile son envie d’être aimé et sa peur d’être abandonné par Robert est touchante.

Il n’y a pas vraiment d’action ni de drame dans cette histoire, c’est une histoire d’amour qui se construit lentement entre deux personnes normales qui ne vont pas changer de personnalité pour leur partenaire, mais simplement s’adapter l’un à l’autre, en prenant leur temps. Le seul petit, mais vraiment minuscule bémol est le choix de l’auteur d’utiliser la première personne et d’avoir choisi comme unique narrateur Robert, il part souvent dans des divagations un peu longues sur des sujets peu pertinents pour le récit, mais l’humour que l’auteur insuffle sur ces passages sauve ses descriptions peu intéressantes, il faut le reconnaitre.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016