Accueil du site > Critiques > Livres et délices > La vie est facile, ne t’inquiète pas de Agnès Martin-Lugand

vendredi 1er mai 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

La vie est facile, ne t’inquiète pas de Agnès Martin-Lugand


Date:23 avril 2015
Collection:
Edition:Michel Lafon
Genre: roman contemporain
Prix: 16,90 €

Résumé de l’éditeur

" Alors que j’étais inconsolable, il m’avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J’avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J’étais prête à m’ouvrir aux autres. " Depuis son retour d’Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux Gens..., son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car Diane sait qu’elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s’effondrer les unes après les autres. Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?

Avis de Callixta

Agnès Martin-Lugand avait publié il y a quelques années un roman au titre accrocheur qui avait connu un succès immédiat. Il abordait un sujet grave et intense, celui du deuil. Son héroïne, Diane, perdait en effet brutalement son mari et sa fille lors d’un accident. Détruite, anéantie comme on peut l’imaginer, Diane avait trouvé un refuge, une sorte de place où elle était moins mal, l’Irlande. Elle avait trouvé aussi Edward, le mutique, grognon, écorché vif Edward. Le roman était une bouffée d’espoir, la description de la peine terrible que l’on peut ressentir quand on perd des êtres chers et que la vie vous trahit. Si ce premier opus se suffisait à lui-même, l’auteure a fini par revenir à son héroïne, quelques temps après son retour d’Irlande.

Evidemment, vous pouvez lire ce roman seul mais on comprend l’intensité de ce qui se passe, d’autant mieux que l’on a lu le premier. C’est une Diane différente, qui a évolué dans son deuil, qui est prête enfin pour reprendre le cours de sa vie qu’elle avait comme suspendu. Evidemment, cela se fera autour de son café-librairie, qui avait donné le livre éponyme, Les gens heureux lisent et boivent du café. Il y aura forcément Félix aussi, son meilleur ami qui a été là toujours même aux pires moments. Et cela commencera peut-être par un autre homme dans sa vie, pas quelqu’un qui remplacera Colin, son premier amour mais une personne qui lui succédera. Mais le destin est parfois étonnant et peut bousculer ce qui semble le plus écrit, le plus simple et intelligent.

Ce n’était pas évident de continuer le livre qui, une fois de plus, se suffisait à lui-même et je pense que certains trouveront que ce n’était pas utile. Pourtant, nous avions laisser Diane dans des limbes entre l’enfer dont elle sortait et un paradis qui semblait inatteignable. Ce second tome est celui de la rédemption, de la fin du deuil et il a forcément une tonalité différente. Mais, il n’est en rien léger, ni facile ou niais. Nous voyons juste Diane aborder enfin une autre partie de sa vie et non plus survivre.Les rebondissements sont parfaitement dosés, arrivent à point nommé, sans coïncidence excessive. Au final tout semble évident et simple, naturel.

L’écriture de l’auteure est toujours aussi efficace, d’une simplicité trompeuses. Les phrases coulent, sans effet particulier, mais c’est justement cette fluidité qui emporte tout. Cela nous met au plus près des pensées de Diane. Et malgré la simplicité des mots et des phrases, l’émotion vous saisit parfois au détour d’une ligne face à ce qui se passe. Parce que rien en sera facile, la vie n’est pas plus douce pour Diane qu’elle ne l’a été auparavant mais c’est elle qui va aborder les choses différemment notamment la perte d’êtres chers.

C’est une roman profondément touchant qui complète au mieux le premier tome. Il est plus optimiste, plus lumineux. Rappelons aussi que le premier tome sera adapté au cinéma et que nous pourrons découvrir tous ceux qui font Les Gens. Une très bonne nouvelle pour nous aussi. En attendant, n’hésitez pas à lire cet épilogue émouvant et délicatement heureux.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016