Accueil du site > Critiques > Romantica / erotica / ménage > Percée à nue - 10 de Scarlett Edwards

jeudi 6 août 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Percée à nue - 10 de Scarlett Edwards


Date:29 juillet 2015
Collection:
Edition:auto-édition
Genre: dark erotica
Prix: 3,99 €

Résumé de l’éditeur

On dit que l’amour triomphe de tout. De mon côté, je sais que la ven-geance est destructrice.

Jeremy m’a mis une arme entre les mains et m’a demandé de tirer. Je l’ai laissé vivre.

J’assume maintenant les répercussions de ce choix. Rose, Hugh et Charles sont enfermés, un collier autour du cou.

Mon dieu, qu’ai-je fait ?

Bonus : Percée à nue 11 : le chapitre perdu

Avis de Callixta

On savait depuis plusieurs épisodes que Scarlett Edwards s’était perdue dans sa série. En voilà la preuve, encore une fois, avec un épilogue qui laisse perplexe et n’a plus grand chose à voir avec le début.

Nous avions laissé nos protagonistes avec ce qui semblait un énième retour du vilain Jérémy qui avait enfermé de nouveau des gens dans une cellule. En fait, c’est bien plus compliqué que cela et il y aura de nouveau un revirement de situation qui va complètement retomber sur la pauvre Lilly, qui va encore payer cher le fait d’être restée et d’être tombée amoureuse du très perturbé Jérémy.

Cette partie pourrait pratiquement se lire seule puisque le propos est assez différent. Cette fois, Lilly est de nouveau une victime mais elle a de son côté Jérémy, qui n’est plus tortionnaire, n’est plus fou non plus. Il est devenu un vrai agneau amoureux. Plus de grand businessman ultra puissant mais un homme qui a largement montré son impuissance dans ce denier tome. C’est très facile de construire peu à peu un personnage sombre, pervers, qui enferme une femme dans une relation très glauque et puis soudain oublier tout cela.

Scarlett Edwards va faire de son mieux pour clore toutes les pistes ouvertes en en oubliant quelques unes. Elle va surtout plonger son héroïne dans de terribles et longues souffrances qui sont pénibles à lire et multiplier les scènes incohérentes avec un aspect totalement nouveau dans la série, c’est à dire une sorte de délire médical avec des drogues malfaisantes et des antidotes qui ne marchent pas. Et pour ajouter encore à cette impression de ratage, la fin du roman refuse de conclure véritablement le livre laissant le lecteur décider tout seul de ce qui va se passer.

Lecteurs français, vous avez de la chance, le bonus que l’auteure ajoute est en fait un épilogue écrit à la hâte après la sortie de cette partie en vo qui a provoqué la colère des lecteurs, très gênés d’avoir suivi Scarlett Edwards jusque là et la voir terminer ainsi. Cet épilogue conclut vraiment le roman mais cela ne relève pas vraiment le niveau.

Que conclure de cette série ? Scarlett Edwards n’a pas eu la solidité nécessaire pour faire une histoire complète, cohérente dans un genre très exigeant qui ne tolère pas la médiocrité. Si les cinq ou six premières parties se tenaient, la suite est un peu du grand n’importe quoi qui oscille entre romantic suspense, plongée dans des cerveaux malades et une histoire d’amour improbable car impossible à voir s’épanouir dans ce contexte. En gros, c’est raté.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016