Accueil du site > Critiques > M/M > Hercule, les douze travaux tome 1, de Cree Storm

samedi 23 mai 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Hercule, les douze travaux tome 1, de Cree Storm


Date:17 mai 2015
Collection: Kindle
Edition: Amazon Media
Genre: romance
Prix: 4,36 €

Résumé

Héra et Arès ont repris l’Olympe. Les autres Dieux ont une chance de libérer Zeus, toutefois pour ce faire, ils devront être prêts à sacrifier leur propre liberté pour la sienne. Douze clefs pourront libérer Zeus d’Icare et elles sont incarnées par un compagnon pour chacun des élus et les pierres montreront le chemin. Chaque obstacle représente un travail avec lequel Hercule n’est que trop familier. Pourront-ils réussir avant que leur temps ne soit épuisé ou seront-ils tous condamnés ?

Le premier travail d’Hercule était de tuer le lion de Némée. Arrivé dans un village de panthères-garous, Hercule trouve son compagnon en Micah. On a promis à l’Alpha force et endurance en échange de la mort de Micah. Le jeune homme avait accepté le fait qu’il allait mourir jusqu’à ce qu’il soit sauvé par son compagnon. Cependant, lorsque la vie d’Hercule est menacée, Micah se livre volontiers pour sauver son homme.

Une guerre est sur le point de commencer et la question est : qui va survivre ?

Avis de Phalusia

L’idée de départ (quoique pas nouvelle) de faire intervenir des héros de la mythologie grecque dans le monde moderne, et la transposer dans le MM, était sympathique. Sauf qu’il faut de l’imagination, un minimum de connaissances historiques, une trame qui tient la route, des personnages avec un minimum de consistance, savoir créer des interactions entre le monde moderne et le passé avec non pas de la crédibilité, mais un minimum de logique et pouvoir mettre le tout en place.

Dès les premières pages, nous avons compris qu’il n’y aurait que deux solutions pour ce livre : soit le prendre comme une farce ou le fermer et l’oublier. Nous avons choisi la première solution, passant successivement de la phase "devons-nous rire" à celle "devons-nous pleurer". Le contenu est sans saveur et d’un ridicule ahurissant. Est-ce la traduction ou la pauvreté de l’histoire d’origine ? Nous n’en avons aucune idée, mais ce récit est tellement absurde que nous n’y avons pas trouvé le moindre intérêt, même avec l’option tragicomique. L’auteure a certainement voulu faire un mélange de différents genres pour innover, eh bien, c’est raté, certaines trouveront peut-être cela plaisant, c’est leur droit, pour notre part nous trouvons juste cette histoire risible.

Le vocabulaire employé ne détonnerait pas dans la bouche d’un élève de sixième et lire des termes comme "mon gars, ce mec" dans la bouche de dieux de l’Olympe est une véritable aberration. Ne parlons pas de certains passages qui nous ont laissés bouche bée devant leurs constructions fantaisistes, rendant ainsi la compréhension douloureuse. De même, le texte est parsemé d’anglicisme comme le fameux "en charge" récurrent qui lorsqu’il est utilisé en parlant de l’Olympe ne veut strictement rien dire, le "grand homme" récurant, qui n’est que la traduction littérale de big man, ainsi que des expressions googlelisées flagrantes. N’oublions pas ces perles "des yeux tourbillonnants", "le poisson s’éloigna en nageant"(eh oui, nous avons appris au moins une chose les poissons nagent dans l’eau !) ou encore un grandiose "je ne me comporte pas comme un sarcastique". Ce texte regorge d’erreurs de temps, le seul bon point étant l’absence de fautes d’orthographe.

Quant à l’histoire, elle est très éloignée et c’est un doux euphémisme de la version originale, elle est complètement absurde. Hera et Arès ont pris le pouvoir sur l’Olympe et Zeus est emprisonné en Icare. Afin de le libérer, douze clefs doivent être trouvées, qui se révèlent être les douze compagnons des dieux élus, le premier à partir est Hercule. Chacun des dieux désignés doit aider celui qui est en quête de son compagnon, ce qui permet à l’auteure de faire intervenir Jason, Apollon ou encore Athena et de donner, nous supposons un zeste de réalité historique. Nous passerons sur le couple insipide formé par Hercule et Micah, où l’auteure a carrément castré le héros grec d’Homère en le transformant en doux benêt ou bête de sexe suivant les scènes. Quant à son compagnon Micah, un métamorphe panthère, de ce splendide animal il n’en reste plus qu’un chaton pleurnichard.

En bref, cette histoire est ridicule, mal écrite au départ et ce n’est pas la traduction qui arrange les choses, cependant des lectrices trouveront sûrement du plaisir à lire cet opus ainsi que les tomes suivants.

Mots clés de l'auteur :

Storm Cree
   Hercule, les douze travaux tome 1, de Cree Storm
Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016