Accueil du site > Critiques > Romances contemporaines > Pari risqué de Belinda Bornsmith

lundi 3 août 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Pari risqué de Belinda Bornsmith


Date:31 juillet 2015
Collection:
Edition:Editions Cyplog
Genre: romance contemporaine
Prix: 6,99 €

Résumé de l’éditeur

Depuis des mois, Jailyn lutte pour garder la tête hors de l’eau. En difficulté, elle risque de perdre sa bourse d’études. Aussi, quand sa colocataire décide de lui donner un coup de pouce, elle accepte sans se douter de ce qui l’attend. Lui... Knox...

Tatoué, sexy, hot... et aussi glacial qu’un iceberg ! Mais elle n’a plus vraiment le choix et son aide, c’est juste l’histoire de quelques semaines. Pourtant, de rencontre en rencontre, il la déstabilise, l’intrigue et l’attire. Terriblement. Garder ses distances devient très dur. Se protéger, encore plus. Jusqu’au jour où tout bascule entre eux...

Avis de Callixta

Contrairement aux apparences, Belinda Bornsmith est une auteure française. Elle signe ici un roman dans un genre nouveau pour elle, la romance NA. Pas facile de voir une touche française dans ce livre qui se déroule à New York, avec des protagonistes américains et tous les codes outre-atlantiques du genre. C’est parfois tellement mimétique que c’est un peu gênant mais l’auteure est douée, maitrise l’écriture et offre un long roman globalement réussi.

Jailyn est une jeune étudiante à l’université de Columbia en difficulté sérieuse en maths. Un ami va donc lui proposer de prendre des cours auprès d’une jeune homme qui lui doit un service. Knox est musicien et ingénieur du son, a laissé tomber ses études et est un superbe spécimen masculin qui traine ses tatouages et son humeur de dogue à New York. Jailyn est un peu étonnée qu’un tel garçon ait du temps à perdre avec elle. Elle est la quintessence de la fille sage, sans relief apparemment, il est son équivalent chez les bad boys. Tous deux n’ont apparemment rien en commun mais à force de se croiser autour d’exercices de maths, bien des choses peuvent évoluer.

Et vous voilà partis pour une très longue lecture car c’est un roman fleuve. Belinda Bornsmith maitrise totalement le NA et en a lu sans doute énormément en version originale. Vous aurez droit à tous les clichés du genre, à tel point que parfois cela donne une impression de déjà lu. C’est une des deux limites du livre pour moi. Car aucune réaction, situation, échange ne vous surprendra. Tout est là. La rencontre entre la bonne fille et le faux bad boy, tout d’abord. Car Knox derrière son côté brut de décoffrage est un bon fils, un bon frère et un super ami. Leur relation va commencer, comme énormément de romans NA sur le mode du « je ne suis pas pour lui, je suis trop ordinaire »/ « elle n’est pas pour moi, je ne suis pas romantique et je ne fais pas dans la relation suivie ». Vous aurez droit à la bande de copains, la famille qui pose pas mal de problèmes, les traumatismes qui font que le passage à la vie d’adulte est compliqué...Tout y passe. L’auteure pousse même le bouchon un peu loin en créant de très nombreux personnages secondaires, véritables icônes du genre. Knox est musicien et a des copains rockers, mais également tatoueurs, mais aussi des bikers et certains ont des liens avec des criminels. Mais voilà, c’est assumé, et c’est très bien fait.

L’histoire est certes totalement prévisible, sauf peut-être à la fin où un dernier twist un peu maladroit surprend, mais elle se lit avec plaisir. Les meilleures scènes sont celles qui confrontent nos deux héros, très chargées de tension sexuelle. Knox, possessif, sanguin et intense est un excellent héros. Les scènes de sexe, très graphiques, ne sont pas mal du tout et les échanges entre mecs, les copains sonnent juste. On peut peut-être regretter la longueur de la première partie du roman due à la grande ambition de créer visiblement des futurs héros, nombreux, et que nous croisons tous dès le départ. On s’y perd un peu dans tous ces tatoueurs/musiciens/rockers. De nombreux détails noient l’intrigue quelque peu (l’auteure éprouvant toujours le besoin de vous décrire l’apparence physique de chaque personnage avec précision) et on se trouve avec la curieuse impression d’un début de saga paranormale où l’auteure met en place tout un monde de façon un peu mécanique et systématique. C’est dommage, tout comme les nombreuses répétitions qui allongent inutilement la lecture. Jailyn doit rougir autant de fois dans ce roman qu’une certaine Ana se mord la lèvre et Knox doit dire mille fois à quel point son attitude avec Jailyn est inhabituelle.

L’impression reste globalement bonne et Belinda Bornsmith est sans doute l’auteure française qui est la plus proche de l’anglo-saxonne. Un peu d’originalité et de distance par rapport aux grands modèles américains la feraient certainement passer parmi les excellentes auteures. Elle a en effet un potentiel évident, une expérience qui l’est tout autant, une écriture agréable. Pour la suite, il y a de nombreuses pistes déjà créées autour de personnages secondaires. On aura peut-être droit, un jour, à une relation entre la petite sœur de Knox et un de ses amis, peut-être une romance MM ( mais c’est juste une intuition personnelle !). Les personnages ont été déjà bien campés et si cela s’annonce aussi classique que ce livre, cela demeure très attractif.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016