Accueil du site > Critiques > M/M > Premier amour, Collectif

mercredi 12 août 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Premier amour, Collectif


Date:9 août 2015
Collection: Kindle
Edition:Sidh Press
Genre: romance M/M
Prix: 4,99 €

Avis de Phalusia

Après un érotique qui ne risque pas d’être oublié de sitôt, suivi d’une très belle romance historique, Sidh offre un joli recueil tout en douceur et tendresse qui fera plaisir aux lectrices romantiques ou à celles qui débutent dans ce genre. Écrit par trois auteurs français, l’amour en est le fil conducteur, le recueil est empli de beaux sentiments. Trois sympathiques petites histoires, toutes différentes, qui se lisent facilement et même si vous êtes adeptes d’une romance plus "explicite", vous vous laisserez facilement bercer par la douceur de ses trois récits.

Nous reconnaissons que notre préférence va au premier récit Crumble aux pommes de Maria J.Romaley, même si son optimiste nous a fait sourire, mais il est vrai que nous adorerions que chaque couple homosexuel à l’image de Samuel et Thomas trouve autant de compréhension. C’est une histoire d’amitié qui se transforme en amour, entre deux jeunes hommes qui se connaissent et se protègent depuis leur rencontre à l’orphelinat. L’auteure a trouvé une manière très originale de faire basculer les deux hommes et qui reste crédible, l’amitié inconditionnelle étant une forme d’amour. L’évolution des sentiments de Samuel envers son meilleur ami, puis de Thomas se fait subitement sans signe précurseur grâce à un crumble, l’incompréhension, la gêne, la souffrance, tous ces sentiments sont joliment décrits par l’auteure. C’est moderne, fluide et les deux jeunes hommes sont adorables, l’ensemble déborde de tendresse avec une pointe d’humour et de jolis dialogues.

Weekend à Copenhague de Sébastien Bernadotte est très différent, l’histoire est écrite par un homme et nous sentons une nette différence dans la manière de décrire les réactions et les sentiments des deux héros Rasmus et Léo. C’est beaucoup plus terre à terre, il manque une petite touche d’émotion, d’ailleurs leur première fois en est un exemple frappant, les deux jeunes hommes font l’amour d’une manière assez clinique. D’un autre côté, cela colle assez bien à leur relation, tous les deux pensaient être hétérosexuels et ne savent pas vraiment comment agir, ils sont assez maladroits. Ce manque d’émotions est cependant compensé par un joli style, assez sec, mais pas désagréable, par contre quelle horrible fin.

Ma première histoire de Serge Philippe est sur un tout autre registre, très romantique et débordant d’humour, le récit du premier amour d’Yves est très amusant. À partir d’un coup de foudre qui semble de prime abord unilatéral, l’auteur construit l’ensemble de l’histoire sur la façon dont son héros va essayer de lier connaissance et de concrétiser son rêve. Sauf, que tout ne se passe pas comme il l’imagine (ou le fantasme), notre pauvre héros va passer de l’exaltation la plus extrême à la déprime noire à chaque rencontre. C’est frais, bien écrit avec un ou deux passages d’anthologie comme leur premier rapprochement physique ou l’inexpérience de l’un cause à l’autre un souvenir impérissable et douloureux.

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016