Accueil du site > Critiques > M/M > Aussi pâle que la mort, de Stephen Osborne

mercredi 19 août 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Aussi pâle que la mort, de Stephen Osborne


Date: 26 août 2015
Collection: Kindle
Edition:Sidh Press
Genre: romance M/M
Prix: 5,49 €

Résumé

La meilleure amie du détective privé Duncan Andrews, Gina, est une sorcière. Son chien, un zombie. Et son défunt petit ami, Robbie, est un fantôme. Ce n’est donc pas une bien grande surprise qu’il se serve de ses connexions avec le surnaturel pour résoudre ses enquêtes. D’ailleurs, c’est une bonne chose, car Duncan est débordé. Janice Sanderson, la femme la plus riche d’Indianapolis, veut qu’il retrouve sa stripteaseuse de fille, Brenda, et une autre cliente connaît quelques ennuis à cause d’un spectre hantant la demeure familiale. Pour couronner le tout, Duncan a décidé de se remettre à fréquenter, bien qu’il ne soit pas certain d’être prêt après la mort de Robbie.

En suivant une piste menant au petit ami de Brenda, Duncan rencontre Nick ; mettant ses doutes de côté, il accepte de sortir avec lui. Robbie ne lui facilite pas la tâche, se pointant lors du rencard pour ruiner ses chances, mais c’est bien là le dernier des soucis de Duncan : car le mari d’une de ses clientes a disparu et un tueur en série rôde dans les parages… un meurtrier qui pourrait ne pas être humain.

Avis de Phalusia

Voici un premier tome absolument exquis, la romance n’est peut-être pas celle à laquelle s’attendent les lectrices, et l’absence de sexe risque de déplaire à certaines, mais ce récit est à découvrir absolument. Les amatrices de fantastique vont apprécier Duncan, ce détective privé unique en son genre ainsi que les personnages qui gravitent autour de lui.

Duncan a une vie très compliquée, son petit ami est un fantôme qui a conservé son âme de vingt ans (âge auquel il est décédé brutalement), sa chienne Daisy est un zombie à la suite de sa résurrection pas réussie par sa meilleure amie au caractère bien trempé. Les sens très particuliers de Duncan lui permettent au moins de l’aider dans son travail, et c’est quelque chose qui ne manque pas. Ledit travail très important pour lui, car il lui permet de conserver, non seulement un pied dans le monde des gens « normaux », mais surtout d’échapper ou supporter au choix ses relations houleuses avec son petit ami. D’ailleurs, un des délices de ce récit est la romance entre Robbie et Duncan, même mort, il est omniprésent dans la vie de notre détective. Impossible de lui échapper un tant soit peu que Robbie a été dans sa vie de mortel à cet endroit.

Ce n’est pas que Duncan n’aime plus Robbie, cependant le fait de ne plus pouvoir le toucher vraiment, avoir un contact autre que visuel lui pèse. Il commence à se poser certaines questions et envisage d’avoir une nouvelle relation, d’autant plus qu’il vient de rencontrer un charmant professeur du nom de Nick. Le problème c’est que Robbie n’est pas d’accord du tout et lui montre, ce qui crée des moments mémorables dans la vie de Duncan. Parallèlement, il mène deux enquêtes passionnantes qui finissent par se rejoindre, le méchant est un véritable psychopathe dont nous vous laissons la surprise, car évidemment il n’est pas humain. L’intrigue est sombre et sanglante, en complète opposition avec l’humour de Duncan qui n’est pourtant pas épargné à chaque confrontation.

Ce mélange de policier, fantastique et d’humour est un cocktail qui fonctionne bien sous la plume de Stephen Osborne, le seul point négatif et encore c’est son style un peu saccadé. La traductrice a peut-être un peu trop respecté le style d’origine, qui est en anglais souvent des phrases très courtes. Mais, que cela ne vous empêche pas d’apprécier cette histoire originale et des personnages très attachants y compris la chienne Daisy et son régime alimentaire très particulier.

Mots clés de l'auteur :

Osborne Stephen
   Aussi pâle que la mort, de Stephen Osborne
Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016