Accueil du site > Critiques > Fantastique - fantasy > L’empereur, livre II : La capitale de Liane Silwen

vendredi 8 janvier 2016

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

L’empereur, livre II : La capitale de Liane Silwen


Date: 978-2-9542889-5-6
Collection: 31 juillet 2015
Edition: broché
Genre: fantasy

Résumé

Après sa victoire contre Silhures, Enjan se rend en Mirîle. Malgré les légendes qui circulent sur les Elfes et au grand dam de ses conseillers, le jeune Roi décide de les rencontrer. Là-bas, il apprend une terrible nouvelle : Corona, la capitale de son royaume, est tombée aux mains du bandit Alyosha et de ses hommes. Seiren, Sergent de la Caserne du Nord, est seul face à l’ennemi. Combien de temps tiendra-t-il ? Quelles sont les vraies intentions d’Alyosha ? Est-ce le début d’une aventure qui dépasse les héros ?

Avis de Phalusia

Il y a plus d’un an, j’avais découvert le premier tome de cette auteure française, L’empereur qui m’avait fasciné par la richesse du monde qu’elle avait créée et les personnages qui évoluaient dans cet univers. Pour être honnête et, c’est peut-être le seul point négatif que je ferais sur ce second tome ; j’ai mis un certain temps avant de retrouver le plaisir de ma précédente lecture. Trop de mois se sont écoulés entre les deux opus, un prologue résumant les évènements précédents aurait été le bienvenu. L’imagination de Liane Silwen étant ce qu’elle est, se replonger dans les aventures du Prince Ejan ou plutôt du Roi Enjan maintenant, et de ses compagnons de route a été très difficile.

Cependant, une fois de nouveau imprégnée, je me suis laissée entrainer dans cette épopée avec un Ejan qui a beaucoup mûri, même s’il hésite encore devant certaines décisions et qu’il continue à prendre conseil auprès de ses fidèles amis. Il devient un véritable roi avec la lourdeur des responsabilités qu’il assume mieux, même si l’on voit de temps en temps transparaitre encore une certaine fragilité. Il est tiraillé entre ses devoirs de roi et ses convictions, qui se retrouvent encore trop souvent en opposition.

Ce second tome apporte également une nouveauté, nous ne suivons plus uniquement les faits et gestes d’Ejan, mais également ceux de Seiren, nous retrouvant dans un POV à deux voix. Liane Silwen met en avant le sergent et meilleur ami du roi, resté dans la capitale et qui se retrouve non seulement assiégé, mais obligé de défendre et de prendre des décisions puisque le roi est loin. D’ailleurs en parallèle nous assistons à la détresse de celui-ci, qui ne peut aider son peuple, l’auteure, consciemment ou pas met en opposition les deux hommes, montrant ainsi les forces et les qualités de chacun, mais aussi leurs faiblesses.

Le rythme est très soutenu, et ceci d’autant plus, que, cette fois-ci, nous sont épargnés les passages trop lourds sur la situation politique qui gâchait un peu le premier volume. Liane Silwen semble avoir entendu certaines critiques, son style est plus incisif, elle a pris le temps d’approfondir les personnages et d’alléger les descriptions, dosant parfaitement les deux, rendant ainsi le récit moins pesant et beaucoup plus agréable.

Finalement, un tome toujours aussi prenant, avec plus d’actions et moins de « parlotte », l’arrivée d’un nouveau personnage qui risque d’apporter encore quelque chose de nouveau dans le tome suivant.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016