Accueil du site > Critiques > Romances historiques > A man above reproach de Evelyn Pryce

mardi 12 novembre 2013

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

A man above reproach de Evelyn Pryce


Date:22 octobre 2013
Collection:
Edition:Montlake romance
Genre: romance historique
Prix: 11,39 €

Résumé de l’éditeur

In 1830s London, scandalized whispers surround the pub known as The Sleeping Dove. A hidden bordello, the rumors say, catering to straying nobles eager to shed the trappings of their stations. Josephine Grant knows the rumors are true—she plays piano at the Dove, known only as "The Bawdy Bluestocking" to the pub’s faithful. Tales swirl as to her real origin : some patrons claim that she was an orphan prodigy, others go so far as to name her concubine to the King.The society ladies call the reluctant Duke of Lennox "The Uncatchable," not that he cares for them or their nicknames. Elias Addison’s estate was thrust upon him when his father died and it has been little else but a burden. He spends his days mired in responsibilities and his nights pursued at endless balls by fortune-hunting debutantes. He is a man whose precedes him : morose, serious, and tense. When a friend brings him to the Sleeping Dove in an attempt to lighten his mood, the consequences of those good intentions are far greater. When the Duke of Lennox finds himself at the Bawdy Bluestocking’s piano, they begin to play a dangerous melody. Though Elias cannot resist courting Josie, she has a past to protect, a shaky future, and no time for frivolous nobility with soft hands. When the Duke uncovers the truth, will he wish he had never begun the tune ?

Avis de Callixta

Voilà un roman qui aurait dû fonctionner, qui a des atouts séduisants d’ailleurs et est loin d’être raté mais il a bien du mal à décoller et on s’ennuie parfois ferme.

Evelyn Pryce a peut-être trop voulu bien faire avec ses personnages et notamment son héroïne, pour son premier livre. Imaginez plutôt : Josephine Grant est une sorte de courtisane ou plutôt une fausse prostituée qui joue du piano dans un bordel le soir. Cette artiste attise les désirs masculins mais ne se donne jamais. Sa réputation n’est plus à faire et quand le duc de Lennox, un soir où il en a encore plus assez que d’habitude des incessantes pressions au mariage, se rend dans le bordel en question, il tombe amoureux. Il ne cessera pas de presser la belle Josephine, surnommée La Colombe, entre autres, qui se refuse obstinément.

Car Josephine n’est pas celle que l’on croit, a d’autres noms, d’autres fonctions. Cela fait d’elle une sorte de mélange bizarre de bas-bleu, fausse prostituée, militante des droits de la femme... Ce genre d’héroïne peut plaire mais il y a une sorte de surenchère un peu exagérée, très fatigante. Il va se jouer alors un petit jeu entre Lennox et Josephine. Elle se refuse, il insiste, la manipule... Là aussi, ce sont des rebondissements attendus sauf que l’auteure en rajoute encore avec une sorte de situation ubuesque où Josephine passe pour la maîtresse d’un homme volontairement sans pour autant lui céder... On finit par s’y perdre un peu.

Heureusement, le livre a des atouts qui compensent un peu cette intrigue qui ne se trouve pas. C’est bien écrit, certains passages ne manquent pas de panache et cette héroïne un peu compliquée à de beaux combats. Une fois de plus est montrée la difficile condition féminine au dix-neuvième siècle surtout à travers le sort des prostituées. Josephine a décidé de s’attaquer à ce problème sur différents fronts. Une intrigue romantique secondaire complète bien ce roman également.

Cette romance historique aurait pu être excellente, il manque peut-être un vrai rythme, des personnages originaux, pas simplement une succession de qualités qui ne vont pas très bien ensemble. Certains passages sont aussi très bavards. Cette auteure a certainement du potentiel mais il s’agit de son premier roman et cela se sent.

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016