Accueil du site > Critiques > Livres et délices > La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry, de Rachel (...)

jeudi 23 janvier 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry, de Rachel Joyce


Date: 3 octobre 2013
Collection: -
Edition: Pocket
Genre: roman
Prix: 7,22 €

Présentation de l’éditeur

Ce matin-là, lorsqu’Harold Fry quitte son appartement pour aller poster une lettre, fermant la porte sur son épouse qui passe l’aspirateur, il est loin de se douter que cette promenade deviendra une traversée de l’Angleterre. Sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, il fait le premier pas. La seule chose qu’il sait c’est qu’il doit absolument continuer. Pour sauver une vie. Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérante dans ses paroles et ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre d’une vieille amie perdue de vue depuis longtemps qui lui annonce sa mort prochaine. Un courrier auquel il s’empresse de répondre. Une réponse qu’il s’empresse d’aller porter à la boîte aux lettres la plus proche, une impulsion qui lui dicte d’aller jusqu’à la prochaine... Harold sort de la ville, animé par l’intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie. Et que, tant qu’il marchera, elle vivra. Poussé par cette conviction indéfectible, Harold entame alors une véritable pélerinage à travers le pays. L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie, ses regrets, son avenir.

Avis de Marnie

D’abord pièce radiophonique sur la BBC, cette très jolie fable est devenue le premier roman écrit par cette scénariste confirmée. Cette histoire est en fait un road-movie à l’anglaise, avec ce vieil homme qui traverse à pied l’Angleterre du sud au nord, pour aller au chevet d’une amie en phase terminale d’un cancer. Au cours de ces mille kilomètres, il va rencontrer des dizaines de personnes plus ou moins enthousiastes, plus ou moins compatissantes, plus ou moins encourageantes, plus ou moins indifférentes.

Les jours passent et notre Harold se remémore ce qui l’a amené à entreprendre sur un coup de tête ce périple : un coup de folie ? Parallèlement, son épouse prend peu à peu conscience également de leurs manques, de leurs échecs, mais aussi de leurs réussites. Nous comprenons rapidement qu’une tragédie a séparé ce couple... mais pas seulement ! Séparés l’un de l’autre, ils vont peu à peu se reconstruire, surmonter et affronter leurs souffrances latentes avant de se retrouver.

C’est une très belle histoire douce-amère que nous raconte Rachel Joyce. Alors que divers incidents ponctuent l’itinéraire d’Harold, toute une galerie de personnages défilent devant nos yeux. On y parle alors de maladie, vieillesse, amour, regrets, tendresse, le tout avec une chaleur optimiste qui fait chaud au coeur. C’est cet espoir vibrant que l’auteur place au premier plan !

Nous ne pouvons que ressentir une profonde empathie pour Harold et Maureen, ces monsieur et madame tout le monde, soudain plongés dans une situation qui les dépasse et qui prend de plus d’importance et de retentissement au fur et à mesure que le vieil homme traverse villes et villages. Humour et larmes, un profond équilibre que Rachel Joyce sait parfaitement doser... avec un thème universel : tout le monde veut une fois au moins dans son existence se dépasser à ses propres yeux, pour y gagner sa propre estime... et celle de ceux qu’il aime ?

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016