Accueil du site > Critiques > Littérature jeunesse > Coeur d’acier de Brandon Sanderson

mercredi 22 janvier 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Coeur d’acier de Brandon Sanderson


Date: 3 janvier 2014
Collection: Orbit
Edition: Orbit
Genre: science-fiction
Prix: 14,16 €

Résumé de l’éditeur :

Il y a dix ans, un éclat venu du ciel a frappé des hommes et des femmes parmi les plus malveillants, leur conférant d’incroyables pouvoirs. On les a appelés les Épiques. À Chicago, un Épique appelé Cœur d’acier s’est emparé du pouvoir. Il possède la force de dix hommes et peut contrôler les éléments. On dit qu’aucune balle ne peut le blesser, aucune épée trancher sa peau, aucune explosion le détruire. Il est invincible. Personne ne lui résiste, sauf les Redresseurs, un groupe d’humains ordinaires qui ont passé leur vie à étudier les Épiques afin de découvrir leur point faible et de les assassiner. David Charleston a 18 ans. Quand Cœur d’acier est arrivé à Chicago, il a tué son père. Pendant des années, David a étudié les Épiques. Et il possède quelque chose dont les Redresseurs ont besoin… car David a vu l’impossible : il a vu saigner Cœur d’acier.

Avis de Terry :

Le roman de Brandon Sanderson est écrit comme une bande dessinée : visuel, actions rapides, supers héros. C’est aussi avec la même rapidité qu’on le lit. L’auteur semble s’être fait plaisir en réunissant une palette de personnages aux pouvoirs extraordinaires qui ont dû l’accompagner dans son enfance, mais aussi en les faisant vivre dans un décor qui fait appel à la mémoire de chacun. Le monde de cœur d’acier est : en acier. Image d’une ville aux ombres métalliques, froides et sombres, car le soleil ne se lève pas sur Newcargo : la ville où se situe l’action. La mode en vogue rappelle celle de la prohibition et ce clin d’œil à une époque de censure mais aussi du grand banditisme vaut à lui seule d’être remarqué. Les armes sont aussi bien des pistolets que des fusils aux énergies futuristes. Enfin, comment ne pas penser à la série héros. En effet, des individus s’aperçoivent qu’ils ont des pouvoirs (il s’agit des épiques), mais au lieu de venir en aide aux autres humains plus démunis, ils s’organisent entre eux pour les soumettre et faire régner la terreur. L’humanité fait un bond en arrière : vivre dans une ville où l’on peut mourir par le caprice d’un Epique mais avoir de la nourriture et de l’électricité est le summum du confort et du bonheur.

Les supers héros sont en fait des monstres, le pire d’entre eux : "cœur d’acier" dirige la ville de Newcargo et ne semble avoir aucune faiblesse. Pourtant, et c’est encore cet espoir naïf que l’on retrouve souvent dans les "comics", David le seul à avoir vu saigner le tyran, pense qu’un jour « les héros viendront… il faudra simplement qu’on leur donne un coup de main. » Il passe donc une partie de sa vie à étudier les épiques et un jour (il n’a que 18 ans tout de même) l’occasion de rejoindre un groupe de rebelle se présente. L’auteur en profite pour poser quelques grandes questions entre deux actions, ajouter quelques jolies phrases pleines d’espoir et d’amour (très américain), et trouve le moyen dans ce monde de chaos de faire naître une amourette.

C’est LE livre pour l’adolescent qui n’aime pas lire. L’impression finale est d’avoir passé un très bon moment, quelques sourires, et le plaisir simple de s’être laissé prendre dans cette histoire construite comme un comics.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016