Accueil du site > Critiques > Horreur > Un vent de cendres, de Sandrine Collette

mardi 11 février 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Un vent de cendres, de Sandrine Collette


Date: 13 février 2014
Collection: Sueurs Froides
Edition: Denoël
Genre: thriller horrifique
Prix: 17,10 €

Présentation de l’éditeur

Des années plus tôt, un accident l’a défiguré. Depuis, il vit reclus dans sa grande maison. Jusqu’au jour où surgit Camille...

Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d’un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l’endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus. Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n’en démord pas. L’étrange facination d’Octave pour Camille, pour ses cheveux d’un blond presque blanc, le met mal à l’aise.

Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure. Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n’est plus là. Personne ne semble s’en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix.

Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé ?

Avis de Marnie

Un second roman... est souvent délicat pour un écrivain. Il faut non seulement montrer que le succès du premier n’était pas un "accident", soit ici, redonner au lecteur les frissons de terreur éprouvants, le point fort du premier opus, mais également ne surtout pas réécrire la même histoire. Pari tenu ! Comme elle le précise selon les termes du mini interview en postface, Sandrine Collette s’empare du conte la belle et la bête, et se le réapproprie... à sa façon, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’émouvante fable se transforme en cauchemar...

L’auteur construit son intrigue sous forme de thriller, un groupe de personnes réunies pour un temps donné soit une semaine, où chaque jour, s’épaissit le mystère, où l’on verra monter la tension, l’inquiétude, le danger, le tout dans une atmosphère oppressante, où l’enfermement (sujet privilégié visiblement de cet écrivain) est superbement bien rendu... enfermement de ce petit groupe de vendangeurs dans cet endroit isolé, avec les rapports de force et d’autorité fluctuants qui en découlent, enfermement de Andréas, homme pour le moins mystérieux dans son manoir, ou encore enfermement d’Octave dans son handicap et sa solitude, sans oublier un final où l’enfermement tient une place fondamentale.

Ainsi, l’exercice est réussi, ce second roman remplit ses promesses. Mais tout cela pourrait être seulement un bon suspense horrifique (pas spécialement original, ce thème étant régulièrement utilisé... même le coup de théâtre n’est franchement pas si surprenant que cela). L’excellente idée de Sandrine Collette est plutôt dans ce qui le différencie de son premier récit, soit l’ambivalence des sentiments. Le personnage principal des noeuds d’acier haïssait ses geôliers, deux vieillards haïssables, ici, Camille éprouve une certaine fascination... attrait du mystère ? du fruit défendu ? Aime-t-on avoir peur ? Séduction ou colère terrifiante, avec une héroïne qui ne sait plus à qui elle peut (ou veut ?) faire confiance. Il y a donc dans ce deuxième roman un peu plus de subtilité que dans le thriller précédent, ce qui rend cette intrigue encore plus intéressante.

Excellent !

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016