Accueil du site > Critiques > Policiers/Thrillers > Comment braquer une banque sans perdre son dentier, de Catharine (...)

lundi 24 mars 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Comment braquer une banque sans perdre son dentier, de Catharine Ingelman-Sundberg


Date: 13 mars 2014
Collection:
Edition: Fleuve Editions
Genre: policier humoristique
Prix: 18,91 €

Présentation de l’éditeur

WANTED

Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer.

Ils s’appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans la même maison de retraite. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l’arme à gauche. Franchement, la vie ne serait pas pire en prison !

D’ailleurs, à Stockholm, elles ont plutôt bonne presse... Voilà l’idée ! Les cinq amis vont commettre un délit et faire en sorte d’être condamnés : en plus d’avoir la vie douce, ils pourraient redistribuer les bénéfices aux pauvres et aux vieux du pays. Un brin rebelles et idéalistes, un peu fous aussi, les cinq comparses se lancent dans le grand banditisme. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu...

Avis de Marnie

Il y avait un grand danger à mettre en scène ce gangs de papys et mamies braqueurs, c’est de tomber dans le "pittoresque" façon téléfilm américain de Noël, un sirop assez écœurant d’une énième série Golden Girls (les craquantes). Et oui, vous savez, ces petites dames pleine de vitalité, gentiment irrévérencieuses qui nous démontrent que même à un certain âge, on a toujours bon pied bon oeil...

Heureusement, cette comédie policière est écrite par une danoise, qui certes, va nous décrire cinq petits octogénaires encore bien solides et fonceurs (même avec leurs déambulateurs !), mais elle va aussi prendre le temps de nous dresser un contexte assez réaliste un peu moins joyeux, sur la façon de considérer les séniors dans notre société. Ce n’est pas seulement le traitement infantilisant en maison de retraite (un problème qui semble dépasser de beaucoup notre pays) mais également, le regard des "actifs" sur eux qui ne peut laisser insensible le lecteur.

Il faut d’ores et déjà oublier un titre totalement imbécile (inventé par une personne visiblement sous les effets d’une substance illicite). Nos retraités ne braquent pas de banque... l’intrigue étant centrée sur un vol de tableaux. Rien que de lire un titre comme cela où les gens ne réalisent pas qu’ils font du racisme anti vieux en dit beaucoup sur notre société actuelle ! Par contre la couverture est très sympathique et assez en phase avec le ton du roman.

La très bonne idée du scénario est justement le thème. En fait, nos cinq héros souhaitent juste améliorer un ordinaire, souhaitant vivre en prison car les détenus sont "certainement" mieux traités qu’ils ne le sont. Peu à peu, ils vont se prendre au jeu. Ils ne sont pas idéalisés (l’auteur nuançant les caractères, avec leurs défauts et leurs qualités) profitant pleinement d’une liberté qu’ils ont conquis de haute lutte. Le lecteur ne rira pas aux éclats, il n’y aura pas de rebondissement hilarant, mais nous sourions de bout en bout avec aussi de petits moments attendrissants tout à fait charmants.

Il faut aussi souligner que toute la partie intrigue est fort bien troussée, avec du rythme et du suspense. Les trois rebondissements sont très bien amenés... surtout que personne ne prend nos cinq héros au sérieux, et c’est bien évidemment ce qui les sauvera. Que vous ayez quinze ou quatre-vingt ans, un très bon moment plein de peps et de tendresse !

Mots clés de l'auteur :

Ingelman-Sundberg Catharine
   Comment braquer une banque sans perdre son dentier, de Catharine Ingelman-Sundberg
Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016