Accueil du site > Critiques > Histoire > Les douze enfants de Paris, de Tim Willocks

vendredi 4 avril 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Les douze enfants de Paris, de Tim Willocks


Date: 6 mars 2014
Collection:
Edition: Sonatine
Genre: roman d’aventures
Prix: 22,80 €

Présentation de l’éditeur

23 août 1572. De retour d’Afrique du Nord, Mattias Tannhauser, chevalier de Malte, arrive à Paris. Il doit y retrouver sa femme, la comtesse Carla de La Pénautier, qui, enceinte, est venue assister au mariage de la sœur du roi avec Henri de Navarre. À son arrivée, Mattias trouve un Paris en proie au fanatisme, à la violence et à la paranoïa. La tentative d’assassinat contre l’amiral de Coligny, chef des réformistes, a exacerbé les tensions entre catholiques et protestants. Introduit au Louvre par le cardinal de Retz, Mattias se retrouve bientôt au cœur des intrigues de la Cour et comprend très vite que le sang va couler dans les rues de Paris. Dans une capitale déchaînée, où toutes les haines se cristallisent, Carla est impliquée au même moment dans une terrible conspiration. Plongé dans un océan d’intrigues et de violences, Mattias n’aura que quelques heures pour tenter de la retrouver et la sauver d’un funeste destin. Tim Willocks est sans aucun doute l’un des plus grands conteurs de notre temps. Avec un souffle épique qui évoque Alexandre Dumas, il nous donne ici un roman inoubliable qui, se déroulant sur vingt-quatre heures, capture toute la folie d’un des plus terribles épisodes de l’histoire de France.

Avis de Marnie

Si la religion était une épopée grandiose passionnante, nous voici soudain quelques années plus tard à Paris, où notre héros, Mattias Tannhauser débarque donc à la recherche de son épouse, Carla... venue assister à un mariage royal, et prête à accoucher ! Nous allons donc vivre 36 heures qui n’auraient pu être qu’anecdotiques s’il n’y avait pas cette date terrible pour l’Histoire de France, la nuit de la Saint-Barthélémy où l’on massacra près de trois mille protestants à Paris (et peut-être en quelques jours, 30.000 dans tout le pays).

Nous voici dans une atmosphère de folie meurtrière, alors que notre héros n’a qu’une seule idée en tête, retrouver son épouse avant que le pire ne survienne pour sa famille. Même si Tim Willocks place les enjeux politiques, le mariage royal censé réconcilier catholiques et protestants, l’attentat contre Coligny, et une tuerie programmée des chefs protestants qui dégénère en massacre, le grand atout du roman, ce sont les rencontres avec ces enfants des rues de Paris, qui vont nuancer par leur diversité le regard que l’on peut apporter à ces événements, le tout dans un déchaînement de violence et de boucherie. C’est peut-être un reproche que l’on peut faire à ce livre, le côté gore plutôt surexploité ici.

Tout comme dans la Religion, ce roman doit se lire de plusieurs façons, à la façon de Dumas, l’auteur part un peu dans d’autres directions, le tarot (et oui, l’histoire possède également un aspect ésotérique), une sorte de philosophie pleine de bruit et de fureur. Les personnages sont pittoresques et charismatiques... Tout est là pour rendre cette épopée magnifique et pleine de gloire, s’il n’y avait pas de vraies longueurs qui font quelque peu retomber l’action. Il faut pourtant apprécier ce Paris très visuel, où la misère, les rats, les égouts prennent toute la place. Alors où nous nous laissons emporter par la magnificence de cette œuvre au souffle romanesque flamboyant, où on reste un peu sur sa faim, quelque peu écrasé par le poids un peu trop lourd de l’ambition de l’auteur qui veut trop en faire.

Personnellement, pour moi, c’est plutôt le seconde hypothèse qui a gagné...

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016