Accueil du site > Critiques > Fantastique - fantasy > Etiquette et espionnage - Le pensionnat de Mademoiselle Géraldine de Gail (...)

mercredi 23 avril 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Etiquette et espionnage - Le pensionnat de Mademoiselle Géraldine de Gail Carriger


Date:12 mars 2014
Collection:
Edition:Orbit
Genre: roman fantastique YA
Prix: 16,06 €

Résumé de l’éditeur

C’est une chose que d’aprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à la fire en lançant un couteau

Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.

Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.

Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

Avis de Terry

Les amateurs des aventures d’Alexia Taglioni et surtout du style de Gail Garriger vont se régaler. Une nouvelle série vient de paraître au rayon jeunesse. Il ne s’agit pas des aventures de la jeune Alexia, ni même de celle de sa fille mais de Sophronia. Une jeune fille qui à priori n’a rien à voir avec Lady Maccon. A priori.

Cette histoire se passe des années avant celles que nous connaissons déjà, et va mettre en scène des personnages « du protectorat de l’ombrelle ».Dès les 1er pages il est évident que ce roman s’adresse aux plus jeunes. L’héroïne à 14 ans, le tempérament fougueux servie par une intelligence et une curiosité toujours en éveil. Comme elle en fait preuve sans retenu, dès les 1er lignes, elle est toute désigné comme une élève évidente pour l’école de Mme Géraldine. Une institution en charge de former les jeunes dames de la bonne société. Nous découvrirons par la suite l’utilité insoupçonné de ce qui à prime abord semble absurde, et pourtant hautement comique dans les bonnes manières.

En effet qui pourra vanter le pouvoir des battements de cils et l’importance de bien danser le quadrille sans savoir qu’il s’agit là, d’armes ultra performantes de suggestion et d’espionnage ?

Très vite le lecteur quelque soit son age se laissera emporté par la dynamique du roman et des personnages. Les machines, semblent encore plus présentes ici que chez Alexia, de même que la drôlerie des personnages, et les descriptions d’ attitudes qui ont fait le style Garriger.

Il ne faut pas bouder ce roman sous prétexte que nous sommes définitivement en présence d’un roman "young adult", cela s’oublie très vite.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016