Accueil du site > Glossaire > Interviews > Une soirée avec... Michel Bussi

mardi 29 avril 2014

Partager :

facebook

twitter

Publicité :

Une soirée avec... Michel Bussi

En ce lundi 14 avril 2014, les Presses de la Cité ainsi que Pocket avaient organisé le lancement du nouveau roman de Michel Bussi, N’oublier jamais, qui paraîtra le 7 mai prochain. Nous voici donc sur la péniche "Café Barge", dans le 12ème arrondissement de Paris au 5 port de la Rapée. Pour cette soirée, le meilleur était au programme : un temps printanier, un délicieux buffet, une ambiance musicale, sympathique et chaleureuse, et surtout de très brefs discours !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Michel Bussi n’a pas changé depuis quelques années que nous le suivons sur Blue Moon. Il nous a précisé ne pas être en fait angoissé. Pour lui, ce qui compte le plus, c’est son désir d’écrire, ce qu’il fait depuis de nombreuses années. En effet, si le succès est venu rapidement depuis la première publication en 2006 (ne parlons pas de ses essais sur la géographie et la politique, notre auteur vient de l’enseignement...), il écrit "pour lui-même" et ses proches depuis de longues, longues années ! Il a même précisé avoir en tête plusieurs idées abouties... ce qui est vraiment prometteur.

L’écriture est pour lui un travail solitaire qu’il affectionne particulièrement. Après, il a vécu comme une aventure d’observer le processus "économique" de la vente d’un livre. Si l’on pense qu’il a vendu 2013 près de 480.000 exemplaires de ses romans, le moins que l’on puisse dire, c’est que le succès ne lui ait pas monté à la tête. Ouvert, passionné, attentionné même, Michel Bussi est un hôte charmant !

Je lui ai demandé s’il pensait comme moi que N’oublier Jamais qui est dans la même veine de "thriller manipulateur" que Nymphéas Noirs, serait très difficilement adaptable au cinéma, il s’est récrié que NON ! Il a écrit Nymphéas Noirs comme un film m’a-t-il répondu, le réalisateur n’a qu’à trouver une astuce pour empêcher le lecteur de comprendre... Il est tout de même intéressant de remarquer que ce sont les droits de son précédent roman, Ne lâche pas ma main, classique intrigue sous forme de puzzle, qui ont été achetés !

Et bien maintenant, il ne vous reste plus qu’à lire le premier chapitre de N’oublier jamais (et merci à Gwénola, pour m’avoir révélé que dans les couloirs de "Presses de la Cité", la célèbre chanson de Joe Cocker est sur toutes les lèvres !)... premier chapitre de ce champion du pitch introductif : parce que après vous vous demanderez comment cette fichue écharpe rouge s’est retrouvée autour du cou de notre suicidée ! Et oui c’est manipulateur en diable !

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016