Accueil du site > Critiques > Policiers/Thrillers > Les héritiers des ténèbres, de Damien Leban

samedi 14 juin 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Les héritiers des ténèbres, de Damien Leban


Date: 7 mai 2014
Collection:
Edition: City Editions
Genre: policier
Prix: 17,58 €

Présentation de l’éditeur

Des femmes sont enlevées les unes après les autres. Leur bourreau, « l’homme à la porcelaine », les séquestre avant de leur faire subir l’innommable. Andrew White, jeune enquêteur succédant à son père assassiné, se retrouve propulsé à la tête de cette enquête qui prend un tour étrange quand les victimes sont découvertes avec des numéros gravés sur la peau. Des tatouages qui, telle la marque des ténèbres, rappellent ceux des camps nazis. Plus effrayant encore, ces crimes ressemblent à une affaire non classée qui s’est déroulée trente ans plus tôt. Andrew White doit tout faire pour arrêter le tueur psychopathe. Il ne se doute pas que leurs destins sont intimement liés… Un bourreau impitoyable, un héritage macabre entre vengeance et oubli.

Avis de Marnie

Encore un roman dont on ne comprend pas la raison pour laquelle, personne ne s’est interrogé avant la publication sur la cohérence ! Pas crédible ? Pire, il frôle le ridicule... C’est littéralement rageant, parce qu’il est évident que l’auteur a du talent (vocabulaire, style, spontanéité, émotion), qu’il a des idées intéressantes, dont certaines bien développées, mais c’est le seul compliment que l’on pourra faire à cette calamiteuse histoire qui ne tient absolument pas la route.

A la première des répliques, oui, la première, nous savons que le livre ne sera pas bon. Une femme qui se réveille autre part que dans son lit, attachée sur une table avec le cerveau comprimé et dans lequel des aiguilles sont pointées, et qui demande, chéri à quoi tu joues à son mari ? Franchement... Se déroule alors une horrible scène gore totalement inutile... de la violence gratuite qui n’apportera rien au roman.

Alors oui, c’est une très bonne idée, ce très jeune enquêteur sous la coupe de sa maman, qui prend la suite de son père... mais alors, en faire un shérif ? Comme si c’était possible. Lorsque l’on est français et qu’on écrit sur le système judiciaire américain, il faut être sérieux, et bien potasser le sujet et là, c’est calamiteux : donc un shérif à peine sorti de l’adolescence sans adjoint, aidé par un enquêteur du comté ? Heu... est-ce que l’auteur sait qu’un shérif (seulement un peu plus de 3000 aux Etats-Unis) "dirige" la police du comté et qu’il a quelques substituts disséminés dans les villages ? Qu’un shérif est élu et doit donc faire campagne (il connaît donc ses administrés) ?

Voici donc notre jeune héros (que personne ne prend au sérieux donc qui aurait voté pour lui ?) qui va s’occuper d’une disparition et qui demande à son voisin, où travaille votre épouse ? Comme si dans un village, vous ne saviez qu’elle bosse à la superette du coin... Voilà, rien mais rien n’est crédible, de cohérent, et cela n’a fait sursauté aucun comité de lecture. Il a un très bon copain qui va pratiquement disparaître pendant les deux tiers du roman (dommage !). Notre héros va à la bibliothèque et découvre une jeune femme, et là encore il ne la connaît pas. Décidément, on se demande s’il habite bien dans ce village. Arrive donc un enquêteur "criminel" qui prend tout en main... Heu qui est le shérif ?

L’histoire a quelque intérêt question péripéties embrouillées, il y a du rythme, mais bon, certaines ficelles sont si grosses que nous devinons en quelques lignes qui est le méchant. Il faut dire qu’il n’y a aucun autre suspect non plus ! Non mais, il aurait fallu faire réécrire à cet auteur ce bouquin en lui demandant de regarder certaines séries policières estampillées HBO pour qu’il s’imprègne d’un contexte intelligent digne de ce nom.

Mots clés de l'auteur :

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016