Accueil du site > Critiques > Fantastique - fantasy > Déchirés, de Peter Stenson

mardi 26 août 2014

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Déchirés, de Peter Stenson


Date: 28 août 2014
Collection:
Edition: Super 8
Genre: fantastique
Prix: 21,00 €

Présentation de l’éditeur

Accro à la méthamphétamine, Chase Daniels est un junkie minable sans cesse en quête d’un nouveau fix. Quand il se réveille un beau matin pour voir une fillette déchiqueter un Rottweiler, il ne s’inquiète pas plus que ça. Ouais, peut-être qu’il devrait. Car la fin des temps est là : les rues grouillent de zombies avides de chair humaine, et survivre est devenu un objectif à très court terme. Mais que signifie l’apocalypse, se demande Chase, quand la société a déjà tiré sur vous un trait définitif ? Et cette malédiction, qui semble toucher tout le monde sauf lui et son ami Typewriter, n’est-elle pas l’occasion qu’il attendait... celle de prendre un nouveau départ et d’accomplir enfin quelque chose de grandiose ? Dans un monde livré au chaos et aux flammes, le " nouveau " Chase Daniels, perdu dans ses rêves de rédemption et d’amour fou, se met en tête de retrouver son ex-petite amie et de la sauver. Les règles du jeu ont changé : désormais, c’est tuer, ou être tué, fuir sans penser au lendemain. Hanté par les fantômes du passé, dévoré par le manque, Chase ne court-il pas au-devant de sa dernière désillusion ? Comédie noire, thriller horrifique, à la fois cruel et atrocement comique, Déchirés n’est pas seulement un grand roman de zombies porté par une écriture survoltée : c’est aussi, à mi-chemin entre The Walking dead et Breaking Bad, Hubert Selby Jr. et Las Vegas Parano, l’histoire d’amour la plus extrême et déchirante que vous ayez jamais lue.

Avis de Marnie

Si seulement les éditeurs pouvaient éviter de placer des séries ou livres à succès quand ils publient des romans traitant d’un genre bien précis. Ce n’est pas parce que la drogue est le thème central de ce livre qu’il s’apparente à The Walking Dead  !!! Surtout quand il s’agit d’un ovni inclassable comme celui-ci. Peter Stenson est un ancien drogué à la méthamphétamine et le moins que l’on puisse dire c’est que son récit "halluciné" respire le vécu... et l’on ne sort pas tout à fait intacte d’un tel voyage.

Alors si vous voulez savoir si l’on va jouer au : "mais non, c’était juste un bad trip" comme chute finale, ce roman vaut bien bien mieux que cela. Imaginez un monde où une toute petite bande de drogués n’a plus qu’une seule solution pour survivre (pour ne pas devenir zombie) : se droguer... et plus personne pour leur interdire. Quelque part, cela ne devient-il pas le meilleur des mondes ? Entre rêve d’être un superman qui sauverait "la belle fille" et le monde en prime, et l’auto-destruction qui l’a peu à peu détruit, Chase oscille sans frein, sans limite dans un délire de violence et de sang alors que plane la menace d’être en manque.

La quatrième de couverture vous parle d’amour et de rédemption... mais il y a aussi le désespoir, l’insupportable sentiment d’avoir déçu ceux que vous aimiez, de vous être perdus dans ce monde qui avance sans vous. L’écriture "hallucinée" de Peter Stenson, qui joue sur l’univers "zombie" avec une jubilation morbide est réjouissante. Cependant, c’est son regard acide (avec jeu de mots) sur l’enfer de la drogue qui est pour beaucoup dans la réussite de son roman. Il s’évade dans des logorrhées où terreur, manque, explosions de plaisir, pertes de la réalité. Amoureux fou d’une femme qui tente le tout pour le tout pour sortir de cet univers auto-destructeur, c’est pourtant la drogue qui a toujours gagné.

Nous nous laissons emportés par cette urgence dans les mots, les phrases, les descriptions apocalyptiques, cette fuite éperdue alors que l’étau se resserre, ce déni de sa propre réalité, de sa personnalité. Ce pessimisme désespéré est contrebalancé par un humour "premier degré", très ado, immature aussi scato que sexuel. Chase peut-il échapper à ce monde en folie... et à lui-même ? On pense à l’univers de Terry Gilliam... son Brazil, un cauchemar sans issue ! avec ce style de fin qui vous laisse sonné ! une description impitoyablement lucide et cruelle sur l’univers de la drogue.

Mots clés de l'auteur :

Stenson Peter
   Déchirés, de Peter Stenson
Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016