Accueil du site > Critiques > Fantastique - fantasy > Dentelle et Nécromancie - Victorian Fantasy - 1 de Georgia Caldera

jeudi 19 février 2015

Partager :

facebook

twitter

Acheter :

Publicité :

Dentelle et Nécromancie - Victorian Fantasy - 1 de Georgia Caldera


Date:10 septembre 2014
Collection:
Edition:J’ai Lu
Genre: romance paranormale steampunk
Prix: 11,90 €

Résumé de l’éditeur

D’aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste, issue d une longue lignée de sorcières, vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s’y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s’envoler. C’est alors qu’une invitation de la main même de la Reine vient bousculer les plans de sa grand-mère qui dirige la famille d’une main de fer. Et une requête royale ne se refuse pas... à moins de souhaiter perdre la tête. Sa découverte du monde commence, à mille lieues de ce qu’elle imaginait. La cour est pleine de dangers, de rumeurs et de règles qu’elle ne maîtrise pas. Mais sa plus grande erreur est de succomber au regard aussi noir que la nuit de lord Thadeus Blackmorgan...

Avis de Callixta

Georgia Caldera a décidément un talent diabolique et nous plonge dans un premier tome ébouriffant d’une saga steampunk qui, si elle continue comme ce premier épisode s’annonce exceptionnelle. C’est un vrai bon heur de dévorer ce premier tome, riche, complexe, bourré d’émotions et d’idées en tout genre. Pourtant ce n’est jamais gagné avec ce genre, assez complexe et troublant, et il est parfois difficile d’innover. Georgia Caldera relève tous les défis haut la main et offre en prime un couple de héros absolument parfait.

Notre héroïne se nomme Andraste. Ce curieux nom n’a pas été choisie au hasard : il s’agit de la forme romaine du nom d’une déesse celtique liée à la lune et symbole d’amour et de fertilité. Elle est aussi réputée invincible. Georgia Caldera va exploiter ces caractéristiques au mieux et nous en donner son interprétation, brillante. Andraste vit dans une Angleterre dirigée par la reine Victoria, reine éternelle en place depuis des centaines d’années, que nous croiserons peu dans ce livre mais au rôle évidemment fondamental. Elle appartient à une famille de sorcière et à vingt-et-un ans a toujours passé sa vie à l’abri du château familial. Une curieuse maladie de la peau l’empêche de sortir à l’air libre en plein jour. Andraste va pourtant être appelée à la cour par la Reine. Le royaume constamment en tension avec ses voisins a besoin des enfants du pays. Voilà Andraste sortie de chez elle où elle était dissimulée et propulsée à Neo-Londonia, la capitale du royaume. C’est le début de l’aventure qui commence dès le soir de son arrivée. Et je me garderai bien de vous parler de cette scène fondamentale qui va lui permettre de faire la connaissance du héros, Thadeus Blackmorgan. Elle est à l’image du reste du livre : parfaite.

Tout est lancé et on ne peut que se passionner pour cette histoire menée de main de maître. Tout est équilibré à la perfection. Le monde victorien steampunk est relativement simple. Notons juste la très bonne idée de créer des sortes d’animaux mi-machines, mi-bêtes rendant mille services. J’ai particulièrement noté que des petits Chevalier King Charles peuvent aussi être aspirateurs : très pratique ! Il n’y a pas des foules de détails sur ce monde parce que les personnages qui y vivent sont aussi très intéressants. Nous en apprendrons ainsi beaucoup sur les sorcières comme Andraste ou les Nécromanciens comme Thadeus. Ceux-ci ont la faculté de redonner la vie aux morts. Ce monde original, mélange de steampunk, de zombies et de sorciers fonctionne à merveille et surtout est évoqué de façon claire, sans le fameux syndrome du premier tome avec de longs passages décrivant les pouvoirs de chacun et leurs caractéristiques. Ici, l’action est toujours présente.

Elle se déploie harmonieusement et sans temps mort, les choses se compliquant lentement et à tous les niveaux. Si Andraste ne sait pas très bien qui elle est et ce qu’elle peut faire, elle va être prise au cœur d’une malédcition qui implique également Thadeus et l’on peut s’interroger sur les buts de la reine Victoria et les problèmes politiques qui grondent aux frontières du royaume. De plus, de mystérieux chapitres, parsemés tout au long du livre, nous parlent de personnages dont on verra sans doute plus clairement ce qu’ils feront dans les tomes suivants. Mais ces petits moments tombent à point nommé.

N’oublions pas le couple formé par Thadeus et Andraste qui est sans doute un des meilleurs que j’ai rencontré dans ce genre de livre. Cela repose en grande partie sur le charme redoutable de notre héros. Décidément, après avoir mis en scène un personnage étonnant dans sa romance contemporaine, Georgia Caldera récidive avec une sorte de mâle volatile, puissant, nerveux, en souffrance aussi. Il est une sorte de grenade dégoupillée, toujours au bord de l’explosion ou de l’implosion, agressif mais profondément touchant et capable de gestes délicats, d’amour aussi. Andraste est la femme qui lui faut car elle va peu à peu dompter ce sauvage absolument délicieux. Leurs échanges sont parfaits, occupent de longues pages délectables qu’ils se disputent ( cela arrive souvent) ou qu’ils ’aiment. Le plus est que nous avons droit aux pensées de Thadeus, ce qui permet de le comprendre encore mieux.

Ce livre est une superbe histoire pleine de magie, de passion, de sentiments violents, d’humour aussi. Il se dévore et on adhère à tous les choix de l’auteure depuis l’évolution de son histoire jusqu’au monde qu’elle met en scène avec maestria. Ajoutons que l’auteure écrit bien, cela semble évident mais elle a une vraie plume, sophistiquée et claire. Cela se lit tout seul. De plus si ce tome est le premier, il a une fin à part entière même si l’on sait bien que rien n’est vraiment terminé. Un moment de lecture parfait à tout point de vue dont on attend la suite avec une folle impatience.

Avis de Terry

Andraste est une jeune sorcière aux yeux mauves et aux cheveux blonds argents. Allergique au soleil elle vit enfermée dans le manoir familial jusqu’au jour où la reine Victoria ordonne à un certain nombre de jeunes gens aux pouvoirs paranormaux d’aller s’entraîner dans son palais de Néo Londonia. Or, son professeur de Nécromancie : Lord Thadeus Blackmore avec qui elle partage une nuit de passion dès son arrivée tout en ignorant son identité, est aussi un ennemi de sa famille. Leurs rencontres sont explosives. Elle ne veut pas apprendre son art qu’elle méprise. Il méprise sa légèreté, et l’a tient résponsable de tous les maux subis par les siens. Rongé par les doutes et taraudé par le désir, Thadeus a bien du mal à échapper au charme d’Andraste qui ignore les légendes liées aux sorcières de la lune dont elle fait partie. Mais sa vie étant menacée, elle demande de l’aide au seule homme qui lui semble assez courageux et fort : Thadeus.

Bien qu’innocente à bien des égarts puisqu’élevée dans l’ignorance , Andraste n’est pas une potiche. C’est une jeune femme généreuse, spontanée et intelligente. Ses réactions sont vives et elle ne perd pas de temps en rancune stérile, qu’elle soit seule ou en couple, elle prend les choses en mains. Thadeus au caractère un peu sauvage mais capable d’une grande tendresse est aussi un érudit, un chevalier plein de séductions.

Je me suis régalée avec ce roman, et je suis bien impatiente de lire la suite. La relation passionnée entre les deux personnages principaux y est pour beaucoup. On aime Thadeus tour à tour accusateur, jaloux, inquiet, possessif. L’intensité de la scène de duel au clair de lune rappel celle du film Zorro, que se soit l’amour entre eux ou la colère, la complicité aussi, jamais on ne s’ennuie.

Mentions Légales | Nous contacter | Plan du site | SPIP | Creative Commons License | © Blue-moon.fr : 2009 - 2016